La Vierge

aime

la précision

et ne se met

jamais

en retard

Pour le Taureau, la Terre-Mère est nourricière avant tout.
 Elle l’entoure de paix, d’amour et de joie.

Le désir de perfection de la Vierge

 

est souvent si prononcé

 

qu’il la rend parfois

 

intolérante.

Le désir de perfection de la Vierge est souvent si prononcé qu’il la rend parfois intolérante.

Téléchargement Médi@me 7

 

Cliquez sur la vignette pour procéder au téléchargement de Médi@me

Harmonies astrales

LE  TAUREAU

En naissant dans le signe du Taureau, nous choisissons de venir avec l’acquis de la valeur Persévérance.  Mais quelle autre valeur devons-nous travailler avec les caractéristiques de ce signe?  Gilberte Françon nous invite à nous pencher sur la valeur Honnêteté. Itinéraire!

Gilberte Françon

Taureau

Le Taureau, premier signe de Terre du zodiaque, symbolise cet élément.  Amoureux de la nature, la Terre fertile lui procure de la joie, celle de la voir produire.  Il aime la végétation, les pâturages et tout ce qui est verdure.  Il sort de la Terre, cette Terre qu’il aime toucher, palper, pétrir dans ses mains.
Le Taureau est un être très possessif, jaloux, souvent entêté mais qui est aussi d’une extrême sensibilité, d’une tendresse profonde, notamment envers les enfants et tout ce qu’il aime, ce qu’il regarde.  Il veut voir grandir ce qu’il a semé car il souhaite faire fructifier cette Terre, la contempler lorsque poussent les semences qu’il aime choyer longuement.  Pour lui, la Terre-Mère est nourricière avant tout, elle l’entoure de paix, d’amour et de joie.
Il sait que pour nourrir les hommes, cette Terre a besoin de tous ses soins.  Il prend donc tout son temps pour s’en occuper.  Il l’aime réellement.  La contemplation des arbres dont les branches se chargent de fleurs, puis de feuilles au printemps, le jardin qui s’épanouit peu à peu sous le soleil, les légumes qui s’offrent à lui, tout séduit le Taureau qui se sent alors comblé et renforce encore son travail.  Il donne le meilleur de lui-même avec une grande constance; il est bien dans la Persévérance.
Vénus Hathor Vénus encourage le Taureau dans tout ce qui est beauté, amour.  Mais cette Vénus, qui veut bien rejoindre l’autre, prend tout son temps pour le faire.  Elle a besoin d’être poussée à cette réalisation car elle a tendance à être lente, à se laisser vivre.  Le Taureau est de la même essence, il est jouisseur, souvent très lent, pesant même.  Il peut même être borné, voire étroit d’esprit, à force de se laisser vivre.  Il lui faut acquérir une autre vision des choses qu’il vit et aime, qu’il aspire à vivre aussi!  C’est Hathor qui, peu à peu, va lui permettre cet épanouissement en la lui apportant par des idées neuves et des ressentis profonds.
Le Taureau possède un atout important: c’est dans sa Maison, la Maison II cosmique, que sont enfouies les racines des vies antérieures.  Mais si cela est valable pour chacun de nous, ici, cette Maison II est celle du Taureau, c’est donc dans sa Maison et dans son signe que le Taureau possède ses vies antérieures.  Il en ressort une sorte de continuité, un peu comme s’il poursuivait la culture de ce qu’il a déjà vécu, semé par le Bélier mais surveillé et soigné par lui.  Il peut se souvenir de dons acquis, de différents
LE  TAUREAU
aspects de sa vie, heureux ou tristes, ou des ressentis dont, le plus souvent, il ignore la provenance.  C’est parce que le Taureau est un être heureux en général, parfois un peu limité ou égocentré, qu’il peut, grâce à ce respect profond manifesté à la Terre-Mère, s’épanouir et offrir aux autres un don d’amour inconditionnel, universel.
Obéissant à la volonté du Père Mais, pour atteindre cette dimension, le Taureau doit travailler l’Honnêteté envers lui-même qui conduit l’être au «Connais-toi toi-même».  Cette première étape franchie, le Taureau passera à l’étape suivante: «Et tu connaîtras l’Univers et les dieux».  On commence donc par se connaître soi-même pour se voir tel que l’on est – et pour cela l’Honnêteté est primordiale – afin de parvenir à connaître l’Univers et enfin les dieux.
Le Taureau peut travailler cette valeur car la nature lui en donne l’exemple.  En regardant comment elle se comporte, à chaque changement de saison par exemple, elle nous enseigne comment nous comporter nous-mêmes.  Elle nous montre aussi combien elle est obéissante à la Volonté du Père et nous incite à nous voir tels que nous sommes, souvent réfractaires justement à tout cela parce que nous nous croyons au-dessus de toutes ces contingences: nous ne sommes pas Honnêtes envers nous-mêmes.  Or, le Taureau est celui qui est le plus proche de cette nature: il la comprend le mieux et l’utilise aussi au mieux car il la respecte au plus profond de lui-même.  Il la ressent en lui, elle fait partie de lui, il la vit.  Il s’appuie sur la Persévérance qui lui fait prendre son temps et, comme l’animal poursuit son travail sans relâche, c’est avec la même ardeur qu’il déploie à cultiver sa Terre qu’il va œuvrer pour acquérir cette Honnêteté qui le conduira peu à peu à la Connaissance.
Allégorie de Schulmann «A toi, Taureau, Je donne le pouvoir de rendre la semence substantielle.  Ton travail est de la plus haute importance, il demande de la patience car tu dois achever tout ce qui a été entrepris, au risque de voir tes graines emportées par le vent.  Tu ne dois ni douter, ni changer d’idée en cours de route, non plus que dépendre des autres dans le travail que Je t’ai destiné.  Pour cela, Je te fais don de la force.  Uses-en avec sagesse.»
On constate tout de suite que le Taureau est habilité à faire fructifier la semence pour nourrir les hommes.  Il va lentement, en prenant tout son temps, surveillant les graines semées par le Bélier, leur apportant tout son amour pour cette Terre afin qu’elles ne soient pas «emportées par le vent»!  Chaque jour, il réitère le même travail avec Persévérance.  La force d’abord physique dont il a besoin, il l’a en lui car le travail de la Terre est pénible, mais il va aussi se poser des questions vis-à- vis de lui-même parce qu’il ne veut pas dépendre des autres.  S’interrogeant sur ses motivations, ses réactions, il ne se réfugie plus derrière des arguments qu’il sait sans valeur ou des personnalités qu’il sait incapables de mener à bien son travail.  Il apprend donc à se connaître en pratiquant l’Honnêteté vis-à-vis de lui-même, de ses idées, de ses comportements.  Comme le précise l’allégorie, ce travail, d’une importance extrême, n’est pas facile à mener car pour atteindre le but fixé, il faut non seulement de l’Honnêteté et de la Persévérance mais aussi du courage et surtout en tout premier lieu, la Connaissance de soi.
Vers la germination spirituelle Le signe opposé du Taureau est le Scorpion dont il doit devenir complémentaire.  Le Scorpion, signe d’Eau, à la recherche de son Devenir, a tendance à tourner sans cesse dans sa mare, une mare faite d’eau stagnante, donc pas très pure!  La valeur sur laquelle il peut s’appuyer est la Patience afin de travailler la Persévérance.  Or, la Persévérance, le Taureau la possède en lui, en partie bien sûr, jamais en totalité, sinon il n’aurait plus besoin de revenir sur Terre!  Mais il est intéressant de voir qu’une valeur déjà possédée en partie par un signe doit être travaillée par son opposé.  Qui va pouvoir aider à transformer cette opposition en complémentarité?  C’est Vénus-Hathor qui va jouer un rôle important car elle donne au Taureau des idées nouvelles, parfois même à profusion et lui apporte des sensations qui vont modifier son comportement.  Le Taureau ne se contentera plus de contempler la germination matérielle, comme il le ferait avec Vénus, mais il prendra avec Hathor conscience de la germination psychique, spirituelle.  Il ressent et comprend peu à peu que derrière cette beauté physique que lui offre la nature, il en existe une autre, celle de l’Ame, celle de l’Esprit.
Or, c’est cette beauté-là que recherche le Scorpion, lui qui veut savoir et comprendre où le conduit cette incarnation et ce qu’elle cache, lui qui veut la liberté et la lumière.  Il sait d’instinct qu’il y a une autre Vie, vraie celle-là, et il veut absolument la connaître.  Tiraillé entre ses appétits terrestres, apanages du Scorpion, et le désir de s’élever vers un idéal qu’il convoite, le Scorpion qui attendait avec Patience de trouver la solution à ses problèmes, trouve sa stabilité dans le Taureau, si paisible, et devient Persévérant.  Celui-ci lui apporte l’appui dont il a besoin alors que lui- même va peu à peu s’épanouir dans une dimension dont bien souvent, il ne soupçonnait même pas la hauteur.  Cela le confortera dans son travail accompli avec Persévérance pour atteindre l’Honnêteté qui le conduira à se diriger lui- même avec force et sagesse.
Ainsi les opposés deviennent complémentaires et c’est bien le but fixé par le zodiaque.  On peut également conclure ce propos en examinant tout ce que la Terre nous a offert jusqu’à ce jour, avec ses joies, mais aussi ses incertitudes, ses bouleversements.  Réfléchissons bien à tout ce qu’elle nous montre actuellement et efforçons-nous d’en comprendre le sens profond, pour remédier à ses phénomènes physiques.  En allant au-delà de cette réflexion, nous comprendrons que le psychisme y prend un sens particulier et que c’est à nous de modifier nos façons de vivre, d’apprendre à considérer les éléments de façon différente, de les apprécier à leur juste valeur et de montrer que nous ne sommes pas seulement des êtres humains mais bien des êtres spirituels!